Skip to navigation Skip to the content

Cette question est très pertinente, sans qu’elle ne soit liée directement au changement de primauté. En effet, dans la perspective de la baisse des rendements, le Conseil d’administration avait décidé, en juillet 2017, d’abaisser le taux de la rente de conjoint survivant de 70% à 60%. Cette mesure a eu une influence sur les assurés actifs, étant donné qu’ils capitalisent pour leur retraite, mais également pour les proches en cas de décès. La diminution du taux de réversion de la rente de conjoint provoque donc une évolution moins importante de la prestation de libre passage étant donné que le besoin en capital de prévoyance pour le conjoint survivant est moindre. Ainsi, bien que la rente de retraite ne change pas et que la prestation de libre passage au 01.07.2017 est garantie, l’expectative de rente de rente de survivant est diminuée. L’évolution de capital des assurés actifs est ainsi moins importante que les années précédentes.

Cet effet de frein à la capitalisation a été unique au moment de l’abaissement de la rente expectative de conjoint/concubin survivant (soit en 2017). En d’autres termes, vous constaterez à l’évolution de votre prestation de libre passage en 2018 qu’elle retrouve une capitalisation similaire aux années précédentes.

Nous vous laissons prendre connaissance du projet de règlement 2019 qui figure sur notre site (informations pratiques – documents en ligne) et plus particulièrement son article 64.

Un simulateur de retraite est disponible sur notre site depuis juillet 2018. Vous le trouverez sous « Actualité de prévoyance.ne ».

Ce point est effectivement important. Il est nécessaire de s’adresser à la CCNC (https://www.caisseavsne.ch / 032 889 65 01) pour obtenir les informations nécessaires. Il est également recommandé de s’adresser à la CCNC pour obtenir le calcul prévisionnel de la rente AVS. Les cotisations AVS sont dues jusqu’à l’âge ordinaire de la retraite (65/64). Si l’un des époux est encore en activité, les cotisations peuvent être réputées payées par le versement du conjoint.

Non, il n’y a aucune obligation à prendre une rente pont-AVS. Cette prestation est une possibilité accordée par la Caisse dans la mesure où votre rente AVS ne débute que plus tard (compensation). Un 3ème pilier peut également être utilisé pour faire le pont. De plus, le pont-AVS de notre Caisse peut être partiel. La retenue viagère est donc adaptée dans la même proportion.

Oui des rachats sont possibles selon les possibilités de rachat individuelles de chaque assuré (art. 17 du nouveau règlement). Il est même possible de préfinancer une retraite anticipée, une fois toutes les prestations du plan de base achetées.

Les rachats sont en principe déductibles des impôts, toutefois, la déductibilité de l’apport personnel sur le revenu imposable est fixée par la législation en matière d’impôts directs de la Confédération. L’assuré est responsable de se procurer les renseignements fiscaux nécessaires.

Non, le montant annuel de la rente pont-AVS est fixé librement par l’assuré. Il ne peut toutefois pas être supérieur au montant de la rente de vieillesse complète maximale de l’AVS. Nous vous invitons à vous renseigner auprès de la CCNC (Caisse Cantonale Neuchâteloise de Compensation) avec notre recommandation de ne pas solliciter un pont supérieur à votre rente AVS présumée (information pouvant être obtenue auprès de la CCNC).

Ce renseignement peut être obtenu auprès de l’administration fiscale du canton de domicile de l’assuré ou par le biais du site internet de l’Etat.

Non, le capital ne peut être pris qu’en une seule fois et au moment du départ à la retraite.